lire un extrait ?

LA METHODE OJP
Voici une méthode garantie 100% naturelle,
pour soulager les douleurs.

En préambule…

Je m’appelle Jean-Christophe BARRADEAU et je suis né au début de l’année 1952.
Mon parcours de thérapeute énergéticien m’ a permis d’aider de très nombreuses personnes
fragilisées momentanément ou de façon chronique par une affection pathologique douloureuse.

Je ne suis pas médecin et ne propose ni diagnostic ni traitement médical.

J’ai concentré mon travail sur le sens des douleurs afin d’aider les personnes à ne plus les subir.
J’ai constaté que chaque personne dispose de forces de guérison qu’elle ne connaît pas et,
que, par conséquent, elle ne sait pas comment utiliser.

Aussi, je vous propose de découvrir vos forces cachées et d’apprendre la manière d’en
bénéficier de façon optimale et au moment opportun.

Premier constat : Nous ne sommes pas égaux face aux douleurs.
Nous avons tous une manière différente de les ressentir, de les supporter et de les combattre.
Ressentir, vivre, combattre ? J’y reviendrai par la suite…
Second constat : Aucune des personnes rencontrées n’avait déjà essayé de soulager ses douleurs
par ses propres moyens avant de m’appeler. Pourquoi ?

La réponse habituelle est : « Mais enfin, je ne peux pas me soulager moi-même ! »

Ces 2 constats m’ont conduit à synthétiser mes connaissances et mes expériences afin de
concevoir et développer une méthode simple, instinctive et accessible à tous y compris
financièrement (moins de 10 € pour acquérir ce savoir-faire ).

Une méthode 100% naturelle qui va vous permettre d’obtenir rapidement un soulagement
et de mobiliser vos énergies pour tendre vers l’autoguérison.
Je vous propose de me suivre sur le chemin des
GRANDES DECOUVERTES
…de vos pouvoirs.

Acquérir et tester l’ OJP pendant 30 jours

auto guérison et anti douleur

Chapitre premier
La douleur ? Quelle douleur ?

Chacun connaît ce mot, nous pouvons tous en parler et l’illustrer de
nombreux exemples et pourtant nous ne parlons pas EXACTEMENT de la
même chose…
La raison en est que le ressenti de chaque personne est différent et
individualisé.
Je pourrais développer ici plusieurs cas, mais c’est inutile car chacun d’entre
nous a déjà expérimenté les différences que j’évoque ici.
Alors essayons ensemble de mieux comprendre de quoi il est question…

La recherche médicale classe les douleurs selon 3 critères précis :

1. les douleurs nociceptives (relatives aux lésions des tissus
périphériques),

2. les douleurs neurogènes (liées au lésions du système nerveux),

3. les douleurs psychogènes (sans lésion apparente).

Pour vous informer plus complètement, rendez-vous sur le site de la
Fondation de la Recherche Médicale au http://www.frm.org.

Ce site publie une intéressante synthèse, un peu ancienne (1999), qui
résume bien le point de vue médical à cette époque.

Gardez présent à l’esprit que la douleur n’est jamais insignifiante. Ne tardez
pas à consulter un médecin si elle persiste.

Le chemin que je vous invite à parcourir en ma compagnie est ,
complémentaire et vous réserve quelques surprises heureuses.

Tout d’abord, mon classement des douleurs, retient aussi 3 critères, qui
permettent de reconnaître leur rôle et pas seulement leur nature :

1. le signal d’alarme (douleur vive destinée à provoquer une réaction
immédiate)
2. le rappel à l’ordre (douleur variable incitant à modifier un
comportement nocif)
3. le soliloque intime (douleur chronique appelant à «réparer» en
profondeur)

Je vous imagine perplexe à la lecture de ces lignes… N’ai-je pas évoqué en
introduction de «Grandes Découvertes» ?

Alors c’est le moment de découvrir ce que le temps, les habitudes et le
confort ont enfoui en nous depuis des siècles.

Vous allez «dé-couvrir» que l’on peut devenir un acteur de premier plan pour
améliorer l’état de sa propre santé.

Pour illustrer mon propos,
Je vous propose d’imaginer la scène suivante (voire de vous en souvenir) :
Un enfant joue sur un chemin caillouteux, il court et tombe sur les genoux.
Il se blesse légèrement, c’est une écorchure, le sang coule…L’enfant se
précipite vers sa maman en pleurant.
Quel est le premier réflexe de cette maman ?
Elle regarde le «bobo», elle rassure et console son enfant et…Elle souffle sur
la blessure !

Elle SOUFFLE sur le «bobo» ! vous imaginez ça ? Est-ce Super Woman ?

OJP permet de soulager les douleurs

Et que fait l’enfant ? A votre avis ?

Réponse : Il essuie ses larmes et retourne jouer comme si il ne s’était rien
passé… L’enfant oublie sa douleur, il ne la ressent plus !

Comme si le souffle maternel avait projeté la douleur au loin…
Incroyable non ? Vous croyez cette histoire, vous ?

Non, vous n’y «croyez» pas, vous SAVEZ qu’elle est vraie, car vous l’avez
probablement déjà VÉCUE !

Et puis vous ne lui avez pas accordé d’importance, «ce n’est pas très
sérieux», «ce sont des enfantillages» avez-vous pensé…D’ailleurs, vous
aviez presque oublié cette histoire.

Pourtant, même si nous la minimisons, nous savons vous et moi que cette
douleur était bien réelle.

Alors maintenant voici les 3 questions que je pose aux personnes qui font
appel à moi, à la fin de chaque séance :

• Avez-vous déjà utilisé votre énergie pour soulager votre douleur ?

• Si oui, comment avez-vous procédé ?

• Avez-vous calmé ou fait disparaître votre douleur ?

Si vous répondez OUI à la première question, je vous félicite et considère
que vous connaissez déjà l’essentiel. Je vous suggère de le vérifier en
continuant votre lecture.

En revanche, si vous répondez par la négative, alors faites une pause puis
rejoignez-moi, ce qui suit va vous intriguer, vous surprendre et vous amener à
découvrir que vous avez aussi des «supers pouvoirs» et que vous l’ignoriez !

Acquérir et tester l’ OJP pendant 30 jours

comment pouvoir me soulager ?

«Supers Pouvoirs ? Moi ?
Je pense que la douleur est plutôt un handicap…»

Et bien, qu’est ce qui nous handicape ainsi en cas de douleur?
En premier lieu, ce qui nous gène c’est la douleur elle même.
En effet, la douleur, quelle qu’en soit la nature, survient souvent
inopinément et ne répond que très rarement à une invitation…

Dans la plupart des cas l’état douloureux n’est pas pour nous, fort
heureusement, un état habituel.
Nous ne sommes pas entraînés à évaluer et comprendre nos douleurs
afin de réagir de manière objective.
Nous nous sentons désarmés devant elles !

Souvent la douleur nous envahit, elle «prend toute la place» et nous
obnubile au point que n’avons plus qu’un objectif unique : Nous en
débarrasser au plus vite…

Nous verrons dans quelques instants pourquoi et comment chacun peut
reconnaître sa douleur et la réduire à une proportion plus limitée.

Le frein suivant est très puissant : «Je ne savais pas que je pouvais
calmer moi-même mes douleurs».

C’est vrai, on apprend pas ça à l’école et la vie nous a enseigné que les
solutions se trouvaient chez le médecin pour le diagnostic et le
traitement puis à la pharmacie pour les médicaments…alors on se
contente d’un système pour lequel nous avons nos repères.
Et puis, «C’est remboursé par la sécu… »

Et l’on perpétue génération après génération une sorte d’habitude, sans
la remettre en question.
C’est sans doute plus confortable mais tellement moins judicieux !

Comment les humains se sont ils débrouillés avant que notre médecine
moderne se développe ? Et d’ailleurs comment la médecine actuelle
regarde t’elle les médecins de Molière ?

En fait on ne sait pas parce que l’on croit qu’on ne sait pas.
C’est une croyance, rien de plus…

Et si l’on croit qu’on ne sait pas il y a deux raisons principales :
• Premièrement, on a pas essayé ! On n’y a pas pensé.
• Deuxièmement, on ne saurait ni quoi faire ni comment faire.
Du coup on ne doute pas une seconde de notre impuissance
définitive et irrémédiable. Cela nous semble une évidence…

Alors que…
Vous allez essayer dans quelques instants et sans doute adopter une
méthode instinctive et naturelle qui n’a rien de magique et qui a permis à
l’espèce humaine de ne pas disparaître de la planète.

Et, en plus, son utilisation ne coûte rien !

Du coup, ça ne rapporte rien non plus, ce qui n’est pas du goût des financiers
qui nous entourent…

La méthode O.J.P. , comment ça marche ?

Cette méthode instinctive et simple comprend 3 étapes :
1. Observer et reconnaître la douleur,
2. Jauger la douleur, comprendre son message puis réagir,
3. Prendre la douleur pour la projeter hors du corps.

Et c’est tout !

joie de vivre sans douleur !

Vous êtes déçus ?
Attendez d’aller un peu plus loin avant de conclure hâtivement…

Pour bien comprendre le fonctionnement, commençons par une douleur de
type «signal d’alarme».
C’est la plus simple à aborder et les 2 premières étapes sont quasiment
simultanées.
L’exemple de la brûlure superficielle, (ou la piqûre d’un insecte, la coupure
légère…) est tout à fait représentatif de notre quotidien et illustre parfaitement
la douleur de type «signal d’alarme».

Que se passe-t’il dans le cas d’une brûlure superficielle ?
1. La douleur est vive, fulgurante et insupportable.
2. La réaction est un réflexe : Nous nous éloignons immédiatement de la
source de chaleur.

Notre corps a donc d’abord reconnu la douleur et puis il a compris son
message et a réagi vivement. Les 2 premières étapes sont terminées.

Mais nous n’avons pas eu le temps de prendre conscience de ce qui s’est
réellement passé, alors regardons le film au ralenti pour bien comprendre :

1. l’épiderme du sujet arrive en contact avec un élément dont la
température lui est insupportable.
2. Les nocicepteurs locaux situés sur la zone du contact adressent un
signal d’alarme au système nerveux central.
3. Le signal rejoint le cerveau en empruntant l’autoroute de la moelle
épinière.
4. A réception du signal, le cerveau déclenche l’alarme adaptée sous
forme d’une sensation de brûlure plus ou moins forte. (en simplifiant, le
thalamus qui reçoit le message de base va le transférer d’une part au
cortex pariétal, qui se charge de quantifier, qualifier et géolocaliser le
message et d’autre part au cortex frontal qui va gérer les éléments
émotionnels liés à ce message).
5. Les ordres adaptés repartent en sens inverse jusqu’aux nerfs
commandant les muscles permettant de séparer la peau de son
«agresseur» thermique.
6. Heureusement pour nous, il faut beaucoup moins de temps au
message pour être pris en compte qu’à moi d’écrire ces lignes ou à
vous de les parcourir…

«Tout cela est bel et bon» me direz-vous, «Mais dans ce cas pourquoi
ressent-on toujours la douleur après avoir réagi» ?

Je vous remercie de me poser cette question car cela me prouve que vous
êtes attentif et concentré sur notre propos.

Ma réponse est : La douleur persiste parce que l’on ne la pas encore prise et
projetée hors du corps. Nous en sommes toujours à l’étape N°2.
Il nous reste une dernière étape à franchir, alors suivez-moi.

Quelle place accordez-vous à la douleur ?

Surtout n’éludez pas cette question, prenez le temps de réfléchir avant de
vous prononcer car la suite dépend beaucoup de votre réponse.
La douleur a-t’elle une place pour vous ? Et si oui laquelle ?

«Moi, je ne laisse aucune place à la douleur !»

Vous pouvez me dire cela mais alors 3 possibilités se présentent :
• vous êtes extrêmement doué (Yogi ?),
• vous êtes atteint d’insensibilité traumatique ou congénitale,
• vous venez d’un autre univers ?

Sinon, expliquez-moi comment vous avez évité la douleur jusqu’à présent
sans conséquence pour votre intégrité physique ?

La douleur de type signal d’alarme, par exemple, est capitale pour notre
survie. Ne me dites pas que vous ne vous êtes jamais blessé.
Sans la douleur nous n’aurions aucune défense contre les traumatismes et
nous risquerions notre vie à chaque instant.

La douleur occupe indéniablement une place indispensable pour notre
équilibre vital.

Revenons à votre question à propos de la persistance de la douleur et
retrouvons notre brûlure, voulez-vous ?

Par réflexe, nous avons éloigné notre peau de la source de chaleur
dangereuse.
Il n’y a donc plus aucune raison de conserver cette douleur n’est-ce pas ?
Vous allez donc prendre cette douleur, et la projeter hors de votre peau.
Ainsi allez-vous cesser de la ressentir !
Comment ?

Vous venez de découvrir les premières pages de la Méthode OJP…

Je vous propose de lire la suite du document en testant la méthode :

Acquérir et tester l’ OJP pendant 30 jours

Vous allez pouvoir tester tranquillement cette méthode et en valider les effets sur vous-même !

Vous bénéficiez d’une période d’essai et je m’engage à vous rembourser votre achat (sans que vous ayez à me préciser la raison)  sur simple demande de votre part, par mail à 32jcb@orange.fr dans une période de 30 jours après votre achat.

Prenez bien soin de vous !

Publicités